nikolaus harnoncourt

Paul Bley, David Bowie, Pierre Boulez, Nikolaus Harnoncourt : les étoiles de la musique quittent notre monde en ce début d’année 2016. Un grand merci à ce dernier dont nous attendions dans les années 1970 chaque dimanche matin la diffusion dans l’émission de Jacques Merlet sur France Musique de la dernière cantate de Jean-Sébastien Bach, enregistrée par le duo Harnoncourt-Leonhardt : une véritable éducation à la musique… Et puis ce fut le tour de l’opéra, au disque et sur scène, où Harnoncourt se révéla être un immense chef, depuis les 3 opéras de Monteverdi avec Jean-Pierre Ponnelle à Zürich, également dans les années 1970,  jusqu’aux dernières versions des Mozart à Salzbourg dans les années 2000. N’oublions pas également le Harnoncourt, penseur de son art dans ses écrits, avec Le discours musical (Gallimard, Tel, 1982), Le dialogue musical (Gallimard, Arcades, 1985) et le tout récent La parole musicale (Actes Sud, 2014).

France Musique rend hommage à Nikolaus Harnoncourt  ce dimanche et ce lundi (voir ici), et Culturebox illustre ici les facettes multiples de son immense talent. Et si vous voulez vous repérer (au moindre coût) dans l’immense catalogue des œuvres qu’il a enregistrées, je vous conseille cette page toute récente de l’excellent site Les bons plans de la musique classique.

Des'lices d'Opéra