Laurent Spielmann

Rencontre avec Laurent Spielmann, directeur de l’Opéra National de Lorraine (samedi 19 juin 2010, grand foyer de l’Opéra National de Nancy).

Le directeur avait accepté l’idée d’un rendez-vous annuel à l’invitation de Des’Lices pour un tour d’horizon en forme d’échange sur les saisons présente et à venir.

Suite à une première question de la salle à propos du remplacement de Paolo Olmi, Laurent Spielmann nous explique la procédure mise en place pour choisir le futur directeur musical. Sur les 151 candidatures initiales, 6 candidats ont été retenus pour être auditionnés les 31 août et 1er septembre par un conseil d’aide à la décision formé de représentants des musiciens de l’orchestre et des représentants compétents de l’Etat et de la Région, et bien sûr de Laurent Spielmann lui-même.

Plusieurs questions de la salle concernent les fantaisies de certains metteurs en scène dans les productions des saisons passées. A ce propos Laurent Spielmann précise que ce qui nous importe c’est dans quelle mesure une œuvre interroge une époque. La question pour nous n’est jamais la forme mais le fond : il ne s’agit pas de reconstituer une œuvre.

Laurent Spielmann profite d’une question sur la future production de Tomorrow in a Year pour parler de sa responsabilité quant à la programmation d’une saison. Que savons-nous de ce que pourra être l’opéra dans 20 ans ? Il faut bien prendre en compte la diversité des formes artistiques à l’œuvre dans un opéra qui se veut contemporain de ce que nous vivons aujourd’hui.

De façon générale, il est important d’être curieux : Laurent Spielmann donne l’exemple de La ville morte cette année et du plaisir manifeste du public à découvrir cette œuvre.

A propos du rapprochement affiché des maisons d’opéra de Nancy et de Metz, Laurent Spielmann a constaté un changement de la ville de Metz qui contraste avec ses premiers contacts pris à son arrivée à Nancy en 2001. Ces deux maisons ne sont certes pas aujourd’hui dans la même catégorie, mais il est important de tenter quelque chose : ce sera la production de Carmen la saison prochaine.

Laurent Spielmann rappelle pour terminer que nous sommes la plus petite des maisons avec le label Opéra national et qu’il nous faudra donc rester très vigilants en cette période assez difficile de renégociation des financements avec l’Etat et la Région. Les difficultés de la culture incitent au regroupement des forces.

Le pot de l’amitié a bien sûr conclu cette bonne heure d’échanges très fournis et toujours cordiaux.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.