Ce qu’on a le droit de faire d’une œuvre (ou pas)

Après que l’affaire Weinstein a mis sur le devant de la scène médiatique les violences faites aux femmes, le metteur en scène Leo Muscato a décidé de changer la fin de l’œuvre dans la nouvelle production du Carmen de Bizet donnée depuis le 7 janvier au Teatro del Maggio, à Florence. Si, dans la version originale, Carmen est tuée par son ancien amant jaloux Don José, dans cette nouvelle adaptation de l’œuvre de Georges Bizet, elle le tue en lui arrachant son pistolet.

Ce n’est pas la première fois que Carmen est « adaptée » par un metteur en scène : citons par exemple Olivier Py à l’Opéra de Lyon (2012) et tout dernièrement Dmitri Tcherniakov au Festival d’Aix-en-Provence 2017, sans parler de Peter Brook, qui avait déjà adapté pour La tragédie de Carmen donnée en 1981 au Théâtre des Bouffes du Nord, le livret de Meilhac et Halévy (avec Jean-Claude Carrière) et la musique de Bizet (avec Marius Constant)…

L’article suivant paru sur le site de France Culture donne quelques éléments de réflexion.

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.