Les Enchanteurs

De quoi compléter nos séances Kifékoi… : si vous avez raté le superbe documentaire de Frédéric Laffont Les Enchanteurs diffusé sur arte le 4 décembre à 23h55, vous pouvez le revoir ici.

« Deux saisons durant, le prolixe documentariste français Frédéric Laffont – prix Albert-Londres en 1987 pour La guerre des nerfs – s’est glissé avec son équipe de tournage dans les coulisses du Théâtre royal de la Monnaie, la célèbre scène lyrique de Bruxelles. Répétitions, confection des costumes ou ateliers de décors, élaboration de budgets et échafaudage de plans… : son documentaire montre tous ceux qui travaillent, au grand jour comme dans l’ombre, à la longue production d’un opéra. Au quotidien, ces « enchanteurs » font le prestige de cette institution. En suivant le travail minutieux et passionné de ces professionnels, entre réussites et déconvenues, le réalisateur met en lumière ce que l’opéra renferme encore de rêves et d’utopies, à l’heure où les budgets de la culture fondent. Il s’offre en outre un voyage à travers l’histoire du genre lyrique, depuis sa naissance il y a quatre siècles, à Florence, jusqu’à nos jours. »

 

Cycle Kifékoi : « Tout savoir sur la prévention des risques dans une salle de spectacle »

Le 12 mars dernier, nous nous sommes retrouvés au Foyer de l’Opéra national de Lorraine en compagnie du service de sécurité. Les adhérents ayant répondu à cette invitation étaient très peu nombreux, nous en avons donc profité pour leur faire découvrir les Coulisses de notre maison d’Opéra côté Cour et côté Jardin, le tout émaillé des explications précises données par les agents du service de sécurité. Les adhérents ont ainsi pu découvrir en direct le fonctionnement des différents points de sécurité, un privilège rare. Une rencontre donc à faire pâlir d’envie les absents !

 

L’atélier de couture

Dans le cycle Kifékoi à l’Opéra : Danièle Didierlaurent nous parle de son expérience d’une quarantaine d’années passées à l’atelier de couture de l’Opéra national de Lorraine. La rencontre se passe sous forme d’un dialogue entre Danièle Didierlaurent (DD) et les personnes présentes. Des costumes de scène sont présentés.

Daniele

DD a gravi les échelons jusqu’à devenir chef de l’atelier de couture dédié à la fabrication des costumes. À raison d’environ quatre productions par an, DD se souvient d’avoir eu à fournir entre 300 et 1 500 costumes selon l’importance du spectacle. La tendance actuelle est de rechercher une économie dans le nombre de tenues par production et par là un moindre coût de matières et d’accessoires.

Lire la suite …